Apnée du sommeil : tout ce qu’il faut savoir

Les apnées du sommeil sont des interruptions temporaires et involontaires de la respiration normale qui peuvent durer jusqu’à 40 secondes et se produisent pendant le sommeil. Elle peut avoir des conséquences importantes sur la qualité de vie.

Il faut tout de suite préciser une chose : il ne s’agit pas de maladies ou, plutôt, de situations pathologiques qui doivent être traitées par des médicaments ou des traitements médicaux. Il s’agit plutôt de facteurs de risque directs ou indirects très importants et totalement négligés.

Quelle est la raison de l’apnée ?

L’apnée du sommeil est principalement due à l’obstruction des premières voies aériennes (pharynx, larynx) provoquée, surtout en position couchée, par la chute de la langue au fond de la gorge. Les plus touchés sont les personnes en surpoids ou obèses ou celles qui ont une conformation particulière du cou ou de la mâchoire, mais elle peut toucher tout le monde, même les enfants. Le ronflement est le signe typique qui amène la personne chez le médecin, mais souvent sur l’insistance des membres de la famille, dérangés par ce comportement bruyant. Outre l’obésité, il existe d’autres facteurs de risque possibles qui augmentent la probabilité de développer une apnée du sommeil, tels que :

  • Le tabagisme,
  • Déviation de la cloison nasale,
  • Polypes nasaux,
  • Les allergies,
  • La consommation d’alcool,
  • Les sédatifs.

La probabilité de souffrir d’apnée du sommeil est également plus élevée dans la population masculine et chez les personnes âgées. Dans la plupart des cas, l’utilisation d’un appareil CPAP tel que le Airsense 10 Resmed peut améliorer la qualité du sommeil du sujet. Vous pouvez obtenir ces appareils sur euro-cpap.fr.

Comment savoir si vous souffrez d’apnée du sommeil ?

Le test diagnostique utilisé pour confirmer ou infirmer l’apnée du sommeil est la polysomnographie, qui est réalisée, dans la plupart des cas, à domicile. Il s’agit d’un test non invasif qui consiste à surveiller les fonctions du système respiratoire pendant les heures de sommeil du patient. La polysomnographie permet d’enregistrer la fréquence des épisodes d’apnée du sommeil et, en fonction des résultats, le spécialiste décidera du traitement le plus approprié.

Quand les apnées du sommeil sont-elles dangereuses ?

L’apnée du sommeil peut, dans certains cas, entraîner des complications graves. Des épisodes répétés risquent en effet d’interférer avec le sommeil profond, entraînant une somnolence diurne importante. L’apnée obstructive augmente également le risque de développer de l’hypertension artérielle, des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux ou des arythmies. Quant aux nourrissons ou aux enfants souffrant d’apnée du sommeil, ils risquent de développer des troubles de l’apprentissage et du comportement, des maladies cardio-pulmonaires ou des retards de croissance.

Comment traiter l’apnée du sommeil ?

Tout d’abord, parlez-en à votre médecin qui vous prescrira une polysomnographie. Si le test est positif, il est nécessaire de contacter des centres spécialisés dans ce domaine afin d’être informé en détail sur la pathologie et d’avoir la possibilité d’évaluer avec votre médecin les remèdes les plus appropriés :

  • Perte de poids,
  • Utilisation d’un appareil appelé CPAP comme le PPC Resmed Airsense10,
  • Une intervention chirurgicale pour nettoyer le palais.

L’important est de s’adresser à des centres sérieux, éprouvés et capables d’accompagner le patient tout au long de l’itinéraire diagnostique/thérapeutique, sans interruption et en équipe, et de garantir le contrôle dans le temps de l’appareil et du problème clinique, qu’il soit pneumologique, cardiologique, métabolique ou ORL. En résolvant le problème du sommeil, la qualité de vie s’améliore nettement, souvent à la grande surprise du patient et de ses proches.